Etat, domaine privé et société civile

From democracy-handbook.org
Jump to: navigation, search

Une des conditions pour la démocratie en fonction, c'est que la société dispose de trois "niveaux": l'État, le domaine privé et la société civile. Il est essentiel qu'ils d'une côté sont clairement séparés et d'autre côté qu'ils se supportent.

Les trois niveaux ont leurs propres tâches, leurs propres histoires, et ils donnent chaque-uns leurs propres version de protection et de possibilités de développement à l'individu. En plus, les réglés différents sont attachés à chaque-uns.


État

Il y a 4-5000 ans que les premières formations d'État s’élèvaient en forme des cités-États du Moyen Orient. Dans le sens moderne, les États nationales se sont élevés au XVIe, au XVIIe et au XVIIIe siècle en Europe et en Amérique, et à travers du XIXe siècle, il y a eu beaucoup de nouvelles formations d'État à la suite de ce modèle.

C'est le rôle du gouvernement de légiférer et d'assurer que les lois soient respectées. Dans l'État de droit, il est donc l'État qui détermine les règles générales pour ce qui est légal et illégal, et c'est l'État qui a le monopole de violence et donc, il est aussi l'État qui garanti la sécurité des citoyens.

Donc, les règles d'État concernent le droit, et si on pense que quelqu'un viole les règles d'État, on peut les amener au tribunal.


Domaine privé

Le domaine privé est tout ce qui se passe dans la maison entre la famille et les amis. Une condition importante pour la démocratie est l'inviolabilité du domicile: Ni l’État, ni le voisin, ni les amis ou ni des étrangers - qu'ils soient des voleurs or non, ils ne peuvent pas entrer dans la maison sans permission. La police ne devrait que faire entrer s'il y a un soupçon d'un crime, et si elle a un mandat de perquisition. Comme ami ou voisin, on peut bien sûr "s'introduire dans la maison", si par exemple, on a des soupçons que quelqu'un est blessé ou autrement a besoin d'aide. Mais sinon, la maison est inviolable.

À la maison, les règles de l'État s'applique également: on n'a pas le droit de tuer, de voler ou de commettre d'autres activités illégales, simplement parce que vous êtes dans votre propre maison.

Mais il y a aussi des autres règles domiciles qui ne sont pas écrites dans les lois d'État: les valeurs, la morale, l'éthique, les habitudes et certaines attentes de qui est en charge de quoi. Et au contraire des règles d'État, les règles domiciles ne sont pas écrites - peut-être elles ne sont jamais été parlées; c'est juste comme ça!

Si on brise les règles domiciles, on ne peut pas s'adresser au tribunal. On peut discuter ou déménager, ou s'il s'agit d'un chef de famille traditionnel qui n'aime pas d'être contredit, on peut user de violence ou punir les membres de la famille autrement pour briser les traditions. Par contre, le dernier exemple est interdit dans les sociétés démocratiques, et si on frappe ou fait du tort à des membres de sa famille, il devient une affaire pour les tribunaux.

Donc à la maison, il y a des autres normes que l'État peut légiférer.


Société civile

La société civile est tout ce qui n'est pas l'État, et qui n'est pas le domaine privé non plus. Il s'agit d'espace public, c'est-à-dire les rues et les marchés, c'est des clubs et des associations, des lieux de travail, des événements sportifs, les théâtres, les cinémas, des assemblées religieuses - donc, toutes les endroits où l'on rencontre en dehors de la famille et les amis.

Dans la société civile, on est à la fois soumis à la législation et plusieurs des mêmes valeurs et la morale et l'éthique qu'on a à la maison. Mais on ne peut pas être sûr que les autres dans la société civile ont la même philosophie morale que celle-là dans sa propre famille.

Dans la société civile, on a donc besoin de communiquer au sujet de la morale commune, de l'éthique commune et des valeurs communes. C'est entre autre le but de l'art et de la culture: Ici, on raconte des histoires sur ce qu'on pense est correcte et fausse, et sur ce qui pourrait avoir besoin d'être refaite dans la société civile.

Dans des parties distinctes de la société civile - par exemple dans les associations, dans les assemblées religieuses ou des entreprises différentes - des règles spéciales peuvent s'appliquer. Si on n'aime pas les règles, on a la liberté de quitter. Et si c'est une association démocratique, on peut aider à changer les règles.


Droit et morale

La législation de l'État, c'est-à-dire le droit, et la société civile ne sont pas toujours le même.

La plupart des lois sont morales, mais il peut bien y exister des lois que certains dans la société trouvent immorales. Par exemple, le droit à l'avortement.

Probablement, il arrive plus souvent dans l'autre sens; Qu'un chose, dont la plupart considère comme immorale, n'est pas réellement légale. L'infidélité, par exemple. Comme famille et société civile, on peut condamner l'infidélité tout ce qu'on veut, mais il n'existe pas des démocraties où elle est illégale, et où on peut poursuivre son/sa conjoint(e) pour l'infidélité.

Si quelqu'un viole la moralité de la société civile, on ne peut les donc pas punir. Sauf si c'est contre la législation.


Religion

Dans les sociétés traditionnelles, la religion était à la fois l'État et la société civile, et le domaine privé n'existait pas.

Dans les sociétés démocratiques, l'État fait des lois concernant des droits des religions, et la pratique religieuse du citoyen individuel est une affaire privée. L'État ne peut pas se mêler de la religion de l'individu. Des temples, des synagogues, des églises et des mosquées, ils existent tous dans l'espace public, et ils font partie de la société civile sur un pied d'égalité avec des autres organisations - et comme ça, ils doivent interagir avec le reste de la société civile sur un pied d'égalité.


Voie de la démocratie

Dans plusieurs des sociétés où il n'existe pas la démocratie, il n'y a aussi pas de séparation entre l'État, le domaine privé, la société civile et la religion. Une condition pour que l'on peut faire entrer la démocratie est donc que l'État reconnaît le domaine privé et la société civile comme champs indépendants - et que la religion renonce au pouvoir politique.


Si vous souhaitez participer à une traduction, cliquer sur edit. Merci d’écrire au-dessus de la ligne pointillée, et soyez vigilant de ni effacer ni modifier le texte ou le code en-dessous d’elle.

Le prochain chapitre: Une constitution